Aujourd’hui est un jour un peu particulier, car j’inaugure une nouvelle catégorie sur ce blog : vie de freelance !

Il y a 2 mois, j’ai quitté un CDI en agence pour me lancer à mon compte. Un choix motivé par une envie de travailler pour moi-même, après plusieurs années à bosser uniquement pour les autres.

Je ne vais pas expliquer ici toutes les raisons qui m’ont poussée à fuir mon ancien job, car ce n’est pas le sujet (et pourtant, il y en a tellement !). De toute façon, je vois de moins en moins l’intérêt de ressasser le passé et je préfère regarder vers l’avenir.

Sans doute, car jour après jour, je me rends compte que décidément, j’ai fait le bon choix. Mais ça, on en parlera une autre fois !

Je vous propose aujourd’hui de parler de patience !

Car si j’apprends bien quelque chose depuis 2 mois, c’est bien ça : la patience… Devinez avec quoi ? Oui oui, c’est bien ça, vous vous en doutez : les démarches administratives !

Les 2 derniers mois de mon CDI étaient interminables ! A la fin, je n’attendais plus qu’une chose : que le jour de ma rupture conventionnelle arrive ! Et aussi mon départ pour l’Afrique du Sud, qui tombait pile après la fin de mon contrat !

Franchement, si vous vous mettez en freelance, n’hésitez pas à faire un bon break : 1 à 2 semaines pour vous ressourcer et dont vous vous souviendrez plus tard avec plaisir lorsque vous serez au téléphone avec l’URSSAF pour le 3eme fois de la journée !

Les premières lenteurs administratives avec Pôle Emploi !

Fraîchement revenue de vacances, je me suis donc inscrite à Pôle Emploi.

Au début, j’étais contente, le rendez-vous pour l’inscription était fixé une semaine plus tard. Plutôt rapide donc.  Passons sur le rendez-vous totalement inutile où j’ai bien dû répéter à plusieurs reprises que non, je n’étais pas à la recherche d’un emploi, car j’allais créer mon auto-entreprise. A croire que ça n’entre pas vraiment dans les petites cases !

Lenteur administrative Pôle Emploi

Après ce rendez-vous obligatoire, les premières lenteurs administratives débarquent ! Le calcul de mes droits, au lieu de prendre 2 semaines, a bien pris 1 mois ! Croyez-moi, c’est très long lorsque l’on attend que ce calcul soit fait pour créer son auto-entreprise.

Je sais que j’aurai pu le faire avant, pendant le calcul de mes droits, mais on m’a toujours conseillé d’attendre que celui-ci soit fait pour faciliter les démarches administratives (et envoyer conjointement la demande d’ACCRE).

2 semaines, c’est correct. Un mois, beaucoup trop long !

En réalité, je savais que ça ne serait pas aussi rapide. Ce n’était pas bien grave, je l’avais prévu ! Et puis, ça ne m’a pas empêché de travailler : j’ai eu la chance de pouvoir bosser sur un gros projet pour une personne de mon entourage, parfait pour débuter même lorsque l’administration est lente !

Devenir auto-entrepreneur ? Rapide avec le formulaire en ligne… ou pas !

Mais je n’étais pas au bout de mes peines. Les problèmes ont vraiment commencé lorsque j’ai voulu remplir le formulaire en ligne pour devenir auto-entrepreneur.

Non, vraiment, c’était une grosse blague. Pour une raison que j’ignore encore à ce jour, impossible de valider ce fichu formulaire. Enfin si, la raison, je la connais : « mon code postal ne correspondait pas au nom de ma ville » ! Alors là, première nouvelle ! Pourtant, je n’habite pas dans un village de 102 habitants au fin fond de la Lozère.

J’ai essayé une fois, deux fois, trois fois. Sur différents ordinateurs, Sur différents navigateurs. IMPOSSIBLE !

Alors, j’ai appelé l’URSSAF. Une fois, deux fois, trois fois.

URSSAF administration

Les « conseillers » excédés n’avaient pas l’air de comprendre le problème.

Le formulaire marche en général, est-ce que vous êtes certaine de remplir le bon code postal ?

Bon, au bout d’un moment, on m’a tout de même conseillé une solution. A savoir imprimer le formulaire et l’envoyer à l’URSSAF Ile-de-France. Nous sommes en 2016, je bosse dans le web, mais ma création d’entreprise va devoir se faire par courrier papier 🙂

Bien sûr, impossible d’en savoir plus sur l’avancement du dossier. Alors chaque jour, je me suis rendue à la boîte-aux-lettres pour vérifier si un courrier de l’URSSAF n’était pas arrivé. Et chaque jour, j’ai vérifié le site Infogreffe !

Mais l’histoire se termine bien ! Vendredi dernier, ma petite requête sur Infogreffe a porté ses fruits !

Mon auto-entreprise est officiellement active depuis début mars ! Victoire !

Alors non, la patience n’est pas encore mon fort. Mais quelque chose me dit qu’entre ma demande d’ARCE à Pôle Emploi, les clients mauvais payeurs à relancer et le paiement des cotisations à l’URSSAF, je vais encore devoir en faire preuve dans les mois qui viennent 😉

Mais c’est pas grave : ça vaut le coup et je ne regrette pas !

Des freelances parmi vous ? Des petites lenteurs administratives au début de votre projet ?