Il y a 2 semaines, je suis arrivée un peu (trop) en avance à Gare du Nord. Mon train n’était qu’une petite trentaine de minutes plus tard. Pour patienter, un petit tour dans le kiosque à journaux s’imposait.

Il faut savoir que j’achète très rarement des magazines. J’y pense seulement quand je prends le train (et que j’arrive bien trop en avance !) histoire de faire passer le temps. Il faut dire que l’offre ne me convient pas vraiment. L’an dernier, j’ai apprécié Simple Things, mais je me suis un peu lassée de son contenu. Récemment, j’ai acheté Féminin Bio et j’avoue que je n’étais pas vraiment emballée. Objectivement, ce sont deux bons magazines, mais au final, moi ce qui m’intéresse le plus, c’est la cuisine. Avant j’adorais feuilleter les revues culinaires, mais ne mangeant plus de viande et de poisson, là non plus, ça ne me convenait plus.

Alors quand je suis tombée sur Slowly Veggie, un bimestriel dédié à la cuisine végétarienne et végétarienne, inutile de dire que j’étais hyper contente ! Enfin !

Slowly Veggie : un premier numéro sous le signe de la gourmandise

Slowly Veggie, magazine de cuisine végétarienne

La couverture de ce magazine dédié à la cuisine végétarienne m’a tout de suite interpellé ! Sans parler des jolis burgers en visuel, j’ai particulièrement apprécié le ton de la revue : l’accent est mis sur le plaisir et la créativité. Cuisine végétarienne, vegan et joyeuse : un joli programme, non ?

J’ai dévoré la revue en moins d’une heure ! En général, lorsque je feuillette un magazine, je ne le lis jamais de A à Z. Tout simplement, car toutes les rubriques ne m’intéressent pas. Alors que là, ce n’était pas le cas du tout : bonnes adresses, chronique, présentation des fruits et légumes de saison, interview d’Ellen Frémont… Je crois que j’ai enfin trouvé un magazine qui me ressemble !

Le seul gros point négatif que je vois, c’est que je n’ai pas trouvé qu’il était particulièrement mis en valeur chez le buraliste. J’espère vraiment que ce magazine trouvera son public en France.

Ce que j’ai apprécié dans Slowly Veggie :

J’ai aimé les recettes appétissantes :

  • Le céleri braisé à la méditerranéenne : parfait pour un dîner léger !
  • Le cheesecake salé au poivron et à la fêta : un peu décadent, mais il faut bien se faire plaisir !
  • Les crostinis au concombre et la crème de noix piquante : deux recettes idéales pour donner un peu d’originalité à un plateau tv !
  • La salade de lentilles à la poire, aux endives et au tofu fumé : un repas complet et plein de saveurs !
  • La tarte chocolat-citron aux fraises : sans doute la recette sucrée de la revue qui me met le plus l’eau à la bouche !

J’ai aussi beaucoup apprécié la clarté du magazine, sa mise en page et ses visuels, toujours très soignés. Le contenu, hors recettes, est aussi très sympa pour ceux qui s’intéressent au végétarisme.

Ce que j’ai un peu moins apprécié…

C’est un premier numéro réussi ! Mais quelques petites remarques en passant :

  • La rubrique Veggiepedia est très chouette, mais je n’ai pas forcément trouvé très pratique de ne retrouver les adresses qu’à la fin du numéro. Parfois, je n’arrivais pas bien à saisir dans quelles villes les adresses étaient situées. Mais ça je crois que c’est une préférence toute personnelle !
  • Le magazine se compose de deux grosses catégories : les recettes végétariennes et les recettes vegan ! C’est très bien comme ça, mais dans la partie « recettes végétariennes », je trouve juste dommage qu’il n’y ait pas d’astuces pour végétaliser ces dernières ! Pas forcément totalement, mais au moins préciser qu’il est possible de remplacer le lait animal par du lait végétal. Idem pour la crème liquide. Je ne suis pas vegan, mais lorsque je cuisine, j’ai intégré ces petits gestes et je crois que je ne suis pas la seule. Un végétarien débutant ne va pas forcément y penser, alors qu’en général, ça ne pose aucun souci : la recette sera tout autant réussie !
  • A la fin du magazine, la rubrique Feel Good qui présente des marques pas forcément très green et cruelty-free…

Bon et ça, c’est la gourmande qui parle, mais voir des recettes avec de jolis légumes de printemps alors que l’on est qu’en mars et qu’ils ne vont pas arriver sur les étals du marché avant avril ou mai, c’est de la torture ! Quand je disais que je n’étais pas patiente 🙂

Vivement le prochain  numéro de Slowly Veggie !